Arno Brignon©2007-2017
Archives : SIGNATURES
Design by David Ameye

Built with Indexhibit

Free Doors to Spain 2010-2014
les photos

3 villes, 3 pays, 3 langues du Nord au Sud de l'Espagne : Ceuta, Le pas de la case et Gibraltar. 3 territoires où la crise, qui entraine dans un tourbillon le reste de la péninsule, a un écho différent...

Avec un PIB réunit de 4,75 Milliard d'euro pour 100000 hab regroupés sur à peine 35km2, cela fait un ratio par habitant parmi les plus fort aux monde. Ces villes sont à la marge de l'Europe, tout en faisant partie. Hors de l'espace Schengen, elle sont lié à l'UE mais s'affranchissent grandement des règles économique, monétaire et environnementale.

Dans ces lieux, la société de consommation est poussée à sa caricature. Produits financiers douteux, paradis fiscaux, bulles spéculatives, relations diplomatiques controversées, trafics plus ou moins légaux ont fait et font toujours la richesse de ces territoires. Mais à quel prix ? Si ces villes ont su tirer profit de leur particularisme géographique et politique. Ici, pas de droit du travail, c'est la loi du plus fort qui domine. D'après une estimation, 8 % du patrimoine financier mondial des ménages se trouvait en 2013 dans les paradis fiscaux (Cf Daniel Zucman). La manne financière qui traverse ces paradis fiscaux ne profite pourtant que très peu a ses habitants et les inégalités y restent profondes. La vie doré n'est pas pour tous ici, pour une poignée qui fait fortune combien détruisent leur santé et leur vie pour quelques miettes de cette insolente richesse. Une fortune construite sur les paradoxes de l'Europe, participant par la fuite des capitaux, et des entreprises à la crise majeure que connait le continent. Si les frontaliers sont souvent ravi des economies réalisés sur les produits detaxés ou les emplois de service associés qui s'y developpent, les conséquences sont dramatiques pour l’avenir à un echelon national ou europeen et, comme souvent, ce sont les populations de tous les autres pays, riches ou pauvres, qui en sont les premières victimes.

Ce miroir déformant de notre Europe nous force à nous interroger sur le fonctionnement de notre société et sur le glissement inexorable de l'Europe du pouvoir politique au pouvoir économique.